L’Arabie Saoudite, monarchie absolue islamique ?

Alors que la Belgique est une monarchie constitutionnelle totalement indépendante, la séoudite lutte toujours sans fin pour octroyer sa souveraineté malgré de nombreuse restrictions… La volonté du régime de libérer les Saoudiennes semble assez claire. Pourquoi les faire taire avec autant de force ?

Les femmes Belges sont plus libres que les femmes saoudiennes. La religion dominante du pays est une raison de cette inégalité.
Auteur: geralt – licence: Pixabay License Libre pour usage commercial. Pas d’attribution requise.

En Arabie Saoudite les femmes n’ont aucun droit. Comparée aux femmes Belges, elles ne peuvent ni voyager, ni travailler, ni étudier ni se marier sans l’autorisation d’un homme de la famille qui lui, fait office de représentant légal envers elle. L’interdiction de prendre les transports en commun est un exemple des nombreuses attributions dans lesquelles les femmes sont privées de leurs droits élémentaires.

L’égalité des sexes en Arabie Saoudite c’est pour bientôt ?

Les lois semblent changer, car depuis peu, les femmes Saoudiennes peuvent conduire et sont autorisées à avoir un passeport sans autorisation de leur « tuteur ». Ces progrès en matière de droits de la femme marquent ils le début d’une évolution pour accorder plus de liberté aux femmes ?

Brandon LOPEZ MEDINA

Le burkini agite la France !

Depuis sa création le burkini ne cesse de faire polémique. Mais c’est en France qu’il fait le plus de bruit. Conflits entre concitoyens. L’interdiction du burkini serait-elle une interprétation de la peur des Français face à un communautarisme devenant oppressant ?

Selon l’ordre publique en France l’interdiction du burkini a pour but d’éviter les troubles sur les plages publics qui opposeraient deux catégories de baigneurs par peur que ça soit une revendication ou une provocation d’une non-appartenance à la nation française. France, 17 août 2016, femmes en burkini sur la plage, Michael Coghlan, CC BY 2.0

Étymologiquement issu des mots « burqa » et « bikini ». Créé par une styliste en 2014, il a pour but de permettre à la femme voilée de rester couverte sur une plage publique tout en ayant une tenue adaptée à la natation. Néanmoins, depuis 2015 les débats sur le sujet ne cessent de surgir. Certains alors persuadés que se voiler et couvrir son corps vont à l’encontre de la laïcité.

Toutefois, le principe de la laïcité en France prône la liberté d’exprimer ses convictions religieuses ou pas. De plus, il est soutenu par l’article 9 de la DUDH qui stipule que toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Un sondage révèle que 64% des Français sont contre le port du burkini.

Le rejet du burkini ne serait-il pas en réalité un comportement islamophobe de la nation française qui se serait accrue suite aux dernières attaques terroristes ayant eu lieu ces dernières années ? Terrorisme et islam sont alors confondus et mènent à une zizanie.

Face voilée face à une demande utopique.

Le haut-commissariat des Nations unies a ordonné à ce que toute interdiction sur le port du burkini soit levée. Mais cela n’a pas pu empêcher certaines stations balnéaires d’aller à l’encontre de cette demande et de maintenir leur interdiction. Et vous, pensez-vous qu’un jour le burkini sera banalisé ?

Essai Anonyme : Journal d’un voyou

« Un grand fou m’a dit que la maladie c’est pas facile à vivre… « 

Sage de la Straat

Le début des maux d’un voyou

Le sang est la couleur de la souffrance…

Les billets de 500 seront le remède…

les armes du voyou
  • Cerveau
  • Couilles
  • Glock
  • Clio 1

Art. 9 : Liberté de pensée, de conscience et de religion

  1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites.
  2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.