La mosquée de Bayonne prise pour cible ce lundi 28 octobre 2019

Peu après 15 heure, un octogénaire a tenté d’incendier la porte d’entrée du bâtiment juste au moment où deux fidèles quittaient les lieux. L’homme va alors sortir une arme de poing et tirer en leur direction.

15h 10, le tireur sort de sa voiture accompagné d’un bidon d’essence et d’une arme à poing. Il va tenter d’incendier la porte d’entrée de la mosquée, mais averti par le bruit, les deux fidèles qui se tenaient à l’intérieur du bâtiment vont immédiatement y sortir. Dans la foulée, l’octogénaire braque son arme face aux deux hommes et leur tire dessus à plusieurs reprises.

Les deux hommes de plus de 70 ans ont été gravement blessés, l’un a été touché au thorax et l’autre dans le cou. Les sapeurs-pompiers sont très vite intervenus sur les lieux du crime, ce qui a permis aux victimes d’être à l’heure actuelle dans un état « stable ». Le tireur quant à lui reprend son véhicule et part à une dizaine de kilomètres en direction de son domicile dans les Landes. Il va être directement pourchassé par la brigade anticriminalité de Bayonne, à la suite d’une description de sa plaque d’immatriculation par des témoins. L’homme de 84 ans, est interpellé 10 min après devant son domicile à Saint-Martin.

Qui est l’auteur des faits ?

Claude Sinké, 84 ans a été candidat en 2015 départementale dans les Landes. Il avait obtenu plus de 17% des voix au premier tour dans le canton de senior là où il résidait.

A l’heure actuelle le parquet de Bayonne a ouvert une enquête, Claude est placé en garde à vue pour tentative d’assassinat.

Le suicide assisté dans les religions

L’euthanasie constituant une forme de suicide assisté pour certaines religions est aujourd’hui au cœur de plusieurs débats. En effet, pour les 3 religions monothéistes, celle-ci est perçue comme un acte qui mérite d’être blâmé.

Fin octobre 2019, des représentants des 3 grandes religions se sont rendus au Vatican afin de statuer contre l’euthanasie considérée comme damnable.

 L’euthanasie désigne un acte médical consistant à provoquer volontairement la mort d’un patient afin de soulager ses souffrances physiques ou psychologiques considérées comme insoutenables et incurables.

Licence: Licence Pixabay- gratuit pour des utilisations commerciales. Aucune reconnaissance nécessaire.

Comme les stipulent les 3 livres saints, nul n’a le pouvoir de mettre fin à ses jours ni à ceux d’autrui. L’euthanasie se présente ainsi sous la forme d’un suicide assisté mais aussi d’un homicide. Et par conséquent, ils brisent le lien sacré entre l’Homme et son Créateur.

Une éventuelle solution ?

Le christianisme, l’islam et le judaïsme optent pour les soins palliatifs afin de contrer cette intervention médicale. Des organismes religieux s’investissent de manière spirituelle et morale afin d’octroyer une aide constituant à soulager la douleur du patient et de ses proches.

Est-ce que la vie mérite-t-elle pour autant d’être supporté jusqu’à la mort dite naturelle ?

Les évangéliques façonnent-ils peu à peu le monde politique ?

On en parle peu et pourtant ils sont plus de 600 millions de fidèles dans le monde. C’est l’une des religions qui gagne le plus d’adeptes chaque jour. Plus que jamais présents sur le terrain politiques, les évangéliques semblent avoir leurs propres idées sur le futur du monde actuel.

Image par PIRO4D de Pixabay Libre pour usage commercial – Pas d’attribution requise

Au Brésil l’Église universelle du Royaume de Dieu, a mis à la disposition du candidat Bolsonaro sa télévision et son réseau d’influence dans les favélas où elle développe des activités sociales. Il bénéficie du soutien financier de ces Églises car le programme de Bolsonaro correspond aux attentes des évangéliques, ce qui l’a fortement aidé à remporter les élections présidentielles.

Aux États-Unis l’influence politique des évangéliques s’est amplifié. Depuis l’élection de Donald Trump, celui-ci dispose d’un conseil évangélique. Cela fait 40 ans que les évangéliques américains militent concernant la question du déplacement de l’ambassade américaine de Tel-Aviv vers Jérusalem. En 2017 Donal Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël et flatte la droite évangélique qui a fortement contribué à son arrivée à la Maison-Blanche.

Les évangéliques en Europe?

En 2019, en France on peut compter plus de 700 000 fidèles comparés aux 50 000 présents en 1950. Des chiffres qui nous font réfléchir sur cette religion qui semble passer par le pouvoir politique afin de réaliser ses désirs évangéliques.

L’union des divorcés : un sujet qui ne passe pas inaperçu

Cette cérémonie ne date pas d’hier. Le remariage des divorcés existe depuis bien longtemps mais ce n’est pas pour autant que tout le monde est en accord avec cela.

La nouvelle union des divorcés restera t’elle un sujet sensible?
auteur : Anonymous User – license : CC0 Public Domain Libre pour usage commercial

Bien au contraire, c’est le cas de certains cardinaux qui placent un grand NON sur cette nouvelle union. Ils en ont même été jusqu’a publier un livre dans lequel se rassemblent des textes contre l’octroi de la communion aux divorcés remariés. Ils s’opposent complètement au pape François, qui quant à lui, semble favorable à une relative ouverture.

C’est d’ailleurs il y a quelques années que ce dernier a dit lors d’une présentation vouloir tendre la main aux divorcés remariés.

Un sujet qui suscite beaucoup de réflexions

La communion des divorcés est de plus en plus présente, mais elle reste parfois compliquée dans certains cas. L’accès à la communion peut même être refusé. Quand est-ce que les divorcés remariés seront-ils tranquilles?

Une chose est sûre, le sujet est loin d’être clos.

Margaux MARCIL

La laïcité peut-elle exclure une maman accompagnatrice portant un foulard ?

International Women’s Day
Auteur: Mehdi Sepehri- Licence: Libre pour usage commercial. Pas d’attribution requise

Le 11 octobre 2019, une classe a assisté à une séance plénière du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté. Une maman accompagnatrice et son foulard jugé « provocateur » ont été les cibles de Julien Odoul, président du groupe Rassemblement National. Il l’a pointée du doigt, lui intimant de retirer son foulard au nom de la loi et la laïcité.

Le règlement intérieur de cet hémicycle autorise le port du foulard et interdit l’accès à une personne perturbant une séance. Cette femme respectait la loi mais dérangeait ceux qui avaient choisi de l’être. En accompagnant ce groupe, elle a participé à la sensibilisation d’enfants de la République à la démocratie. Julien Odoul, lui, s’est servi de la laïcité comme outil d’exclusion. Alors, qui devait quitter les lieux ?

La laïcité défigurée au nom de la laïcité

L’interdiction du port du foulard aux mamans accompagnatrices représente une atteinte à leurs droits, à leur dignité. Leur condition humaine est contestée par l’obscurantisme de certains. Là, est le résultat d’une myriade de discours inégalitaires véhiculés dans l’espace politico-médiatique. Cette interdiction mène au contrôle du corps de la femme et constitue le carcan de la liberté de culte. La laïcité permet de participer à la vie sociale en affichant publiquement sa croyance. Aujourd’hui, elle devient une prison dans laquelle sont enfermées celles qui n’ont pas de bouches, pas de voix aux yeux des médias. Ainsi, courrons-nous vers la disparition des signes religieux dans la sphère publique ?

La musique adoucit les mœurs, paraît-il !

La loi hors la loi

Descendant du mot « Talis » qui signifie en latin « tel que » ou encore « semblable ». La loi du talions existe depuis des temps immémoriaux, on la retrouve citée dans la quasi-totalité des livres saints. Mais malgré le passage des siècles et l’évolution des mœurs sociétales cette loi d’auto-justice est encore bel et bien appliquée dans certains pays et est même par moments favorisée par rapport à la voie pénale.

Les régions touchées par ce genre de phénomène sont souvent des zones rurales où l’État a peu d’influence et en l’occurrence pour notre exemple nous parlerons de l’Albanie et de son Kanun « loi en arabe littéraire »

Free picture (The people’s revenge) from https://torange.biz/peoples-revenge-30509

Le kanun est une sorte de code pénal et civil datant du 15e siècle où dans le cas d’un meurtre la sanction est la mort d’un membre de la famille du meurtrier. Malheureusement 6 siècles plus tard cette auto-justice barbare est toujours bel et bien présente obligeant beaucoup à vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête par la faute de leurs êtres les plus proches

Plusieurs milliers de personnes aurai ainsi perdu la vie depuis la chute du bloc soviétique. On est alors en droit de se demander pourquoi cette loi est privilégiée au vrai Code pénal du pays et si les citoyens albanais font encore assez confiance en leur pays pour s’assurer de faire régner justice

Le mariage musulman: une cérémonie qui change avec le temps.

De nos jours, dans le mariage musulman, certaines traditions ancestrales ont eu l’occasion d’évoluer alors que d’autres restent figées dans le temps.

Le mariage musulman aux 11 éme siècles, ne pouvait avoir lieu que si l’homme était musulman et que la femme fût croyante de n’importe quelle religion. La femme devait également obtenir l’accord de son tuteur musulman.

Si le marié décédait, la femme était promise à l’héritier le plus proche. Celui-ci pouvait ensuite la marier ou la donner à un autre homme. Les musulmans considéraient le besoin sexuel comme nécessaire et légitime pour l’homme. C’est la raison pour laquelle, à cette époque, la polygamie était courante et acceptée.

Aujourd’hui ?

Avec les siècles, la cérémonie du mariage musulman se modernise. Le Coran fixe des normes, et équilibre le rapport homme-femme dans le but de protéger les femmes.

Risale Coran Culte - Photo gratuite sur Pixabay
Risale Coran Culte – Photo gratuite sur Pixabay

Aujourd’hui, dans la religion musulmane, on peut voir de plus en plus de mariage entre musulmans et athées. De nos jours, tout couple musulman peut divorcer et se remarier ensuite même si cela est vu comme « la chose admise la plus détestée de Dieu ». Les hommes sont également autorisés à se marier avec pas plus de 4 femmes différentes. Cela manque-t-il encore de changement ?

Marie-Line VANHERCK

L’ Adhan, l’appel à l’Européanisation ?

Depuis plusieurs années, l’Adhan retentit dans plusieurs villes et villages d’Europe. Ce vendredi 15 novembre 2019 a eu lieu le premier appel à la prière dans une mosquée d’ Amsterdam.

Malgré les nombreuses critiques reçu d’une partie du Conseil municipal, la mosquée d’Amsterdam a finalement obtenue l’autorisation de diffuser leur sonnerie tous les vendredis.

Ce choix, qui en effraye plus d’un, est entre autres établi pour arrêter cette peur de la religion islamique finalement peu connu en la rendant plus visible et plus courante. Peut-être est ce un bon moyen de favoriser la tolérance ?

Geralt 
Pixabay License
Libre pour usage commercial 
Pas d'attribution requise
Geralt / Pixabay License Libre pour usage commercial Pas d’attribution requise.

L’expérience avait déjà été expérimentée dans plusieurs villes d’Europe comme en Suède où l’appel à été instauré à raison d’une fois par semaine dans les mosquées de Växjö, Stockholm, et Karlskrona.

Et la loi dans tout ça ?

Il n’est pas interdit de pratiquer l’appel. Seul l’article 27 de la loi de 1905, demande à garder la culture du pays. Il faudrait donc un arrêt municipal fin sur le genre de sonnerie.

Qu’elle sera la suite de cette incorporation de rite Islamique dans notre culture ? Est ce un risque de perdre nos racines ou une ouverture à une liberté de culte au sein de notre société ?

Jeunes radicalisés, ils troquent l’école pour prendre les armes.

Depuis 2013 nous avons pu constater que la Belgique comptait le plus grand nombre de départs vers la Syrie. Ceux-ci seraient dû à des circonstances socio-économiques, familiales, d’intégration qui rendraient ces jeunes plus sensibles aux discours extrémistes et donc plus susceptibles de se radicaliser.

Les différentes idées qui engrainent les futurs jeunes radicaliser.
Auteur : Dsndrn-Videolar – Licence : https://pixabay.com/fr/service/license/ Libre pour usage commercial. Pas d’attribution requise.

Des facteurs de radicalisations?

Quelles sont les raisons qui poussent ces jeunes à tout quitter pour prendre les armes?  La radicalisation islamiste en occident est un processus qui engage des facteurs en interaction. Chacun est composé d’un ensemble d’éléments en tension. Chaque élément pousse un peu plus la personne vers la radicalisation.

La construction identitaire chez les jeunes est importante, les individus convertis ont plus de mal à s’identifier, si les besoins de valorisation ne sont pas comblés par les parents, l’école, la société, ceux-ci chercheront un groupe d’appartenance. C’est dans ce contexte que les djihadistes recrutent leurs combattants. Aussi, le fait que le processus soit fait par internet et non pas par des institutions religieuses officielles rend la personne plus accessible, vulnérable.

D’un point de vue socio-économique, une grande partie des musulmans ressent de la discrimination, de la stigmatisation et des inégalités sur le marché du travail. Certains tournent le dos, rompent avec le système. Cette rupture constitue un facteur essentiel dans le processus de radicalisation.

Ce sont donc les jeunes stigmatisés, vulnérables que les organismes terroristes recrutent. Leur absence de cadre, d’objectifs, peut être remplacée par la promesse d’un combat qui a du sens, qui redonnera sens à leur vie.

Zoé Demeester

 

 

Et si la religion divisait elle encore plus ?

Depuis 1945, les violences entre Israéliens et Palestiniens perdurent. Le conflit israéolo-palestinien est basé sur des soucis territoriaux. Cependant, le facteur religieux pourrait bien rentrer en jeu…

Auteur: Hosny Salah Licence: https://pixabay.com/fr/service/license/ Palestinien qui a un lance-pierre en main.

Cette guerre, dite de territoire, se transforme de jour en jour en une guerre de religion. En effet, la montée de l’extrême droite israélienne tend vers le non-respect du « statu quo » . Les Juifs réclament le droit de pouvoir prier sur les lieux sacrés et militent même pour la destruction des mosquées. Cette possible violation pourrait déclencher une troisième intifada palestinienne.

Illustration du conflit actuel.

Salah Raed, chef de la branche nord du Mouvement islamique, est l’un des pires ennemie d’Israël. Il a été incarcéré à plusieurs reprises pour avoir incité la population arabe à se révolter contre le gouvernement israélien.

Un problème de laïcité ?

Le conflit entre un état et un mouvement national n’est jamais évident car la religion possède cette facilité de réaliser une mobilisation de masse. Sans compter, la montée de l’extrémisme dans les 2 camps qui mène à la violence . Est-ce que l’absence de religion limiterait le conflit à un enjeu territorial ?