Pourquoi certains naissent dans la religion mais la quittent ?

le cycle évolutif de chaque individu est marqué par une période de confrontation entre les entre la religion et les convictions personnelles.

geralt-Pixabay License Libre pour usage commercial Pas d’attribution requise

l’une des faiblesses fondamentales d’un être humain c’est de n’avoir aucun pouvoir décisionnel sur l’environnement par lequel il intègre le monde. on ne choisit pas ses parents mais la vérité c’est qu’on choisit encore moins la religion de ses parent donc celle dans laquelle on nait. a contrario,on a plein de capacité tout au long de notre parcours d’orienter et de réorienter ses choix en fonction de nos convictions personnelles.

Toutefois, dès le bas âge, le chemin de l’école est le plus emprunté par nombreux enfants qui naissent dans des familles religieuses bien effectivement pour acquérir des connaissances et les associer aux bonnes mœurs. Mais les circonstances telles que les scandales observés dans l’église dont les plus populaires sont la pédophilie des prêtres comme l’évoque le journal: www.lemonde.fr portent atteinte aux croyances. l’absentéisme divin qui donne à la plupart des indvidus de mettre « réel et palpable » sur le même pied d’égalité fini par les décevoir. de plus les plaisirs de la vie sont tellement matériels que certains n’arrivent plus à se projeter sur quelque chose qui n’est pas palpable , on observe aussi grâce à la science par exemple qu’il est nettement plus facile pour un individu de croire qu’un médicament qu’il a avalé puisse le guérir qu’à une prière qui a prononcé a quelqu’un qu’il ne voit pas.

La liberté de penser et de s’exprimer a permis à certains en grandissant de se remettre en question dans le choix d’une vérité purement dogmatique basée sur la foi et les espérances plutôt qu’à une verité évolutive basée sur les expériences et démonstrations… 

Y a-t-il réellement moyen de croire à une vérité virtuelle et en même temps à une vérité concrète c’est à dire celle dont on peut voir et comparer les faits en temps et en heure ?

Ces palestiniens qui disent non à la violence

Depuis 1948, Le conflit entre Israël et la Palestine fait rage. Les médias ne parlent que des violences qui découlent du conflit. Néanmoins, nombreux sont ces Palestiniens qui tentent de combattre la violence par la paix…

Ces palestiniens qui disent non à la violence.
Auteur: hosny_salah – license: Pixabay License  libre pour usage commercial. Pas d’attribution requise

C’est le cas de celui de la marche pour le retour, tous les vendredis des milliers de Palestiniens se retrouvent à la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Les manifestants s’expriment de manière pacifiste envers les Israéliens ce qui n’empêche pas l’armée israélienne de tirer à balles réelles sur ces derniers. On y retrouve beaucoup de jeunes au chômage avec pour seul rêve de pouvoir sortir de chez eux et de retourner sur leurs terres.

Exemple d’une des manifestations de la marche pour le retour.

On peut également parler de l’activiste Issa Ammo. Palestinien de 37 ans qui décida en 2007 de créer l’ONG « Youth against settlements », une association qui apprend aux gens dès l’âge de 12 ans de ne pas répondre par la violence mais de protester de manière pacifique.

Un problème de gouvernement ?

Malgré les bonnes intentions de tous ces palestiniens, les autorités palestiniennes continuent d’intimider et harceler tous les leaders d’opinion pacifiste du pays. Et si le nouveau gouvernement palestinien favorisait la voix de la paix, le conflit prendrait t’il une toute autre tournure ?

Zéphyr Gilson

100 ANS DE FÉMINISME EN UN TOP 3

Aujourd’hui, le féminisme est souvent source de controverses et de mépris, mais il commence à être davantage accepté par les communautés, notamment auprès des jeunes adultes. Peut-être que les combats menés ces 100 dernières années par de grandes féministes telles que Rosa Parks, Simone de Beauvoir ou Tarana Burke auront fini par porter ses fruits et par réellement marquer les esprits. Elles se sont battues corps et âmes pour leurs idéaux, pour que les injustices et les inégalités cessent.

Les impacts des combats menés?

Si aujourd’hui, le féminisme est reconnu comme un mouvement sérieux, ça ne s’est surement pas fait en un clin d’oeil. Il aura fallu se battre pour en arriver là.

Tout le monde connaît Rosa Parks. La femme de l’audace, la féministe avant l’heure, qui a refusé de céder sa place à une personne de couleur blanche dans un autobus. Pour cela, elle a été arrêtée. Mais sa lutte ne fut pas vaine, puisqu’elle est encore dans les esprits aujourd’hui. Il y eut également Simone de Beauvoir. Considérée comme une théoricienne importante du féminisme, elle a écrit le livre « Le deuxième sexe », et son oeuvre est l’un des plus grands livres sur le féminisme à ce jour.

Il y a aussi eu Tarana Burke, une américaine qui a lancé le #MeToo  en 2007 dans le but de dénoncer les violences sexuelles. Aujourd’hui encore, ce hashtag est présent sur les réseaux sociaux.

Bien qu’aujourd’hui, ce mouvement commence à se fondre dans la masse, il va encore falloir se battre contre de nombreuses inégalités

Mariage mixte, mot fourre-tout ?

Dans le langage courant, le terme « mariage mixte » est utilisé pour désigner un mariage interconfessionnel. Une distinction doit être faite entre « mariage mixte » et « mariage avec disparité de culte ».

Le mariage « mixte », dans la religion chrétienne, implique que les conjoints soient baptisés. L’un dans l’Église catholique, l’autre dans une autre Église chrétienne. Pour valider ce mariage, il faut obtenir une autorisation de l’Ordinaire du lieu du domicile de la partie catholique.

Le mariage « avec disparité de culte » quésako ?

Deux mains enlacées, l'une blanche, l'autre noire.
D’après l’office belge de statistique, 45.059 mariages ont été célébré, en Belgique, en 2018, dont 4407 avec un étranger.
© Gaudoux Manon

Le mariage « avec disparité de culte » se déroule à l’église avec une personne non-baptisée par celle-ci. Les conditions de célébration sont que l’un des conjoints doit être baptisé dans la foi chrétienne et que l’autre soit en accord avec les quatre piliers du mariage chrétien: liberté du consentement, indissolubilité du mariage, fidélité et fécondité. Via sa paroisse, il faut obtenir une « dispense de disparité de culte » auprès de l’évêché.

Une célébration chrétienne avec deux officiants peut être possible avec leur accord. Par contre, réaliser deux célébrations dans les deux confessions n’est pas recommandé. Cet article donne le témoignage de personnes ayant choisi un mariage co-religieux.

Vrai débat de société, le mariage interreligieux n’est pas seulement se marier avec un étranger ou d’une religion différente. La mixité des cultures doit être prise comme un enrichissement pour les générations futures.

Ouïgours, des secrets du gouvernement révélés

Samedi dernier, 400 pages de documents classés confidentiels par le gouvernement chinois ont fuité par le New York Times. Ces documents sont directement liés à la politique d’enfermement que subissent les Ouïghours depuis plusieurs années.

President chinois XI Jinping ,image provenant du site web Flickr, libre pour usage commerciale.

Depuis plus de deux ans, plus d’un million d’Ouïghours sont enfermés dans des camps appelés « centres de formation professionnelle ». Ces camps ont pour but de lutter contre le radicalisme religieux et de propager l’idéologie du parti chinois aux Ouïghours qui y sont enfermés.

Cette ethnie a depuis longtemps été victime de persécutions à l’encontre de la religion qu’elle pratiquait. Des manifestations pacifiques et non-pacifiques ont donc eu lieu en réponse à cette politique discriminante.

Désolidarisation au sein du gouvernement chinois

Hommes, femmes, enfants sont enfermés dans ces centres sans avoir aucune nouvelle de leurs proches. Les chants patriotiques et l’étude du parti y sont pratiqués. Face à cette situation, la plupart des pays musulmans et occidentaux ont préféré garder le silence. Une personne travaillant au gouvernement chinois (anonyme) a fait fuiter plus de 400 pages de documents envoyés au New York Times relayant de la situation des Ouïghours. Ceci prouve qu’au sein même du gouvernement certains membres n’approuvent plus cette politique.

L’apparition de ces documents pourrait semble-t-il mettre enfin la lumière sur les raisons de cette décision politique.

Coup de tonnerre au Vatican ! Le mariage des prêtres revient sur la table.

Fin octobre 2019, les prêtres d’Amazonie se sont rendus au Vatican afin de demander l’élargissement de l’ordination aux hommes mariés. Cette demande, posée pour remédier au manque de prêtres dans cette région du monde, est actuellement étudiée par le Pape.

Les prêtres qui célèbrent l’eucharistie bientôt mariés ? Le Vatican a ouvert le débat sur le sujet.
auteur : kisistvan77 – licence : Pixabay License Libre pour usage commercial. Pas d’attribution requise.

Cette décision aura-t-elle un impact en Belgique ? Des spécialistes en théologie, comme Pierre Xhonneux, réclament l’autorisation du mariage des prêtres dans le monde. Cette réforme pourrait faire se lever un nouveau monde chrétien, une vague de nouveautés prometteuses !

En Europe, les représentants du clergé chrétien Allemand demandent une généralisation de l’autorisation du mariage des prêtres dans le monde entier. Cette demande osée, si elle est prise en considération par l’Eglise, représente un grand pas en avant dans la modernisation de la religion chrétienne.

Une question qui en soulève de nouvelles !

On peut s’attendre à ce que d’autres interrogations sensibles refassent surface et soient posées. Le soulèvement de cette question va peut-être déclencher un effet domino ! Une des questions qui pourrait être posée est : « Faut-il autoriser les femmes à devenir prêtre ? ».

Dans tous les cas, le sujet est loin d’être clos. La remise en question de la loi séculaire du célibat des prêtres risque de faire encore parler d’elle!

Antoine DENIS