La religion : on en pense quoi ?

Les religions sont partout. Dans le Monde, en Belgique, dans la culture, dans les rues, parfois à la maison , chez les voisins… Toutes peuvent t’être différentes. Toutes changement avec le temps. Certaines religions arrivent en Belgique tandis que d’autres s’en vont, évoluent au fil du temps. Les médias, la politique, les écoles nous cultivent à ces différents culte. Comment la société voit t’elle ces changements ? Comment perçoit-elle les informations diffusées ? Qu’est-ce vraiment la religion d’aujourd’hui en aux alentours de la Belgique ?

Selon le rapport de « l’observatoire de la liberté religieuse » 2018 en Belgique il y aurait 23 % d’agnostiques en dessous des chrétiens pour 67,4 % et au-dessus des musulmans pour 6,5%.  

Les stéréotypes prennent le dessus.

Nous avons tendance à stéréotyper des cultes. Mais comment ces clichés arrivent à diriger nos pensées ? Philippe Rijck , sociologue bruxellois, évoque une part de réponse la réponse : « Qu’est-ce qu’on voit à la télévision ? On voit des barbus agressifs et donc à partir de là si je ne réfléchis pas  je vais me construire  une image et accepter la caricature qui est donnée. Alors qu’ici je travailler avec des personnes qui sont quoi de 90 %de confession musulman rien avoir avec ce qu’on voit à la télévision. Donc c’est quoi un musulman ? » En effet, les médias véhiculent en le sachant ou pas des amalgames préconçues que le public va ingurgiter sans parfois se poser les bonnes questions. Selon ce sociologue, c’est par le savoir que l’on peut se faire son propre opinion. Les informateurs trient parfois les informations. Avez-vous déjà vu un catholique faire quelque chose de mal ? Pas souvent. Mais quel est le but de ces journaux, chaînes de télévisions ? Diviser pour mieux régner nous explique ce Bruxellois et avant tout pour l’audimat. L’audimat est le calcul d’audience d’un programme. Evidement qu’un attenant va faire plus de téléspectateurs et de lecteurs qu’un autre événement.

Sommes nous de plus en plus raciste ?

Face à ces diffusions, il serait logique de devenir raciste si l’on ne s’informe pas en dehors des médias. Mais pouvons-nous parler du racisme ? N’est ce pas plus tôt de la xénophobie ? La Xénophobie est une peur de l’étranger due à une méconnaissance.

La xénophobie c’est quoi ? [vidéo en ligne]. Dans youtube. 28 octobre 2016. [Consulté le 20 décembre 2019] Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=UQdj_jxfOTA

Selon le rapport de RTBF les élections 2019 le Vlamms belang est le 2e parti flamand derrière la NVA. Tous les électeurs sont t’ils raciste ? En effet, il y a certains racistes endurcis au sein de ce parti, mais les personnes en accord avec leur programme ne veulent pas dire qu’elles sont toutes les mêmes que les dirigeants de ces idées, insiste Philippe Rijck. Ils sont juste effrayés par l’arrivée de nouveaux cultes et parce que les médias transmettent sur ces changements.

Religion : la violence ou la paix ?

Comme le prouve le sondage Orela, dans l’Europe occidentale, la Belgique est l’un des pays les plus méfiants à propos de ce sujet. Les Belges, francophones sont mitigés, la moitié pensant que les croyances sont signe de paix (46 %) et l’autre moitié signe de violence (43 %). Les jeunes sont moins méfiants. 

Geralt. Pixabay LicenseLibre pour usage commercial
Pas d’attribution requise

Sommes nous libre de choisir notre religion ?

Dans notre pays, rien nous oblige à être catholiques étant donné que la religion et la politique sont séparées. Dans la convention européenne des droits de l’homme, article 9, il est inscrit:  » Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. En 1981, on rajouta : « La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui ». 

Seulement, nous ne sommes pas entièrement libres à propos de ce choix. Comment ce fait-il que tous les catholiques naissent en Europe et en Amérique ? Se questionne notre sociologue. En effet, l’influence de notre environnement joue un point primordial dans notre orientation religieuse. Si on naît dans une famille protestante, qu’on est ensuite inscrit dans un enseignement qui prône ce culte étant petit, on n’aura pas notre mot à dire. Imaginez un enfant de trois ans vouloir devenir bouddhiste ! Il suffit de regarder dans les familles , en générale toute la famille est de la même religions. Mais l’enfant de 7 ans comprend t’il vraiment la bible, le coran, .. ? C’est arrivé à l’âge mature qu’il faudra s’instruire afin de faire son propre chemin et obtenir ses propres croyances. 

Même l’école nous ment !

Noël, pour beaucoup, est une fête religieuse qui symbolise la naissance de Jésus. Croyant ou non, nous avons toujours appris à l’école, pas nos parents, ou même dans toutes les décorations de Noël, comme la crèche en dessous du sapin par exemple. Mais l’origine de cette date est avant tout une célébration païenne du solstice d’hiver. Ce n’est qu’à partir du 2e siècle que les églises, ont voulu trouver la date de naissance exacte du Christ. Ils ont décidé de christianiser les rites présents et populaire dans la société de l’époque. Philippe Rijck nous explique :  » Jésus, il est né au mois de mars ou au mois de juin, on ne pouvait pas leur faire changer leurs rites. Non ce n’est pas grave jésus, il est né au solstice d’hiver et on va garder Noël. Puis il y a le rôle de Coca-cola qui a nous a fabriqué le père Noël donc c’est quoi ? Donc ces fêtes religieuses ont une histoire on les pratique qu’on soit croyants ou pas ce qui est important c’est de partager un repas c’est de se réunir. »

Annca. Pixabay LicenseLibre pour usage commercial
Pas d’attribution requise

Différences : religion et spiritualité

« Dans la religion, il n’y a pas de spirituel. Le spirituel c’est une réflexion personnelle sur le sens de l’existence et ma place dans l’univers. Et la religion ne permet pas de mener cette réflexion-là puisqu’elle dit ce qu’il est. La religion vous dit il y a un paradis, il y a pas de paradis, il y a un dieu, tu dois te comporter comme ça mais il y a pas de spiritualité ça c est un programme d exécution de tâche. Ce sont des croyances imposées. La spiritualité, c’est une démarche libre. C’est se poser la question de sa propre place et de la place des autres. Qu’est-ce que je fais avec les autres ? Le croyant dur rejette tous les autres qui n’appartient pas à sa religion ! Le catholique dur, il est prêt à tuer tous les autres ! Les Juifs durs, demandez aux Palestiniens, il est prêt à tuer tous les autres » raconte monsieur Rijck. 

Être spirituel, différent d’être religieux? [vidéo en ligne]. Dans Youtube. 17 mars 2015. [consulté le 23 décembre 2019]. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=7cjpQtFlgdw&t=203s

Mais avec tout ça on en est où avec ces cultes ?

Il est très difficile d’obtenir une recherche précise à ce sujet. Si on pose les mêmes questions après un attenta par exemple, la xénophobie va être beaucoup plus présente. Il faut comprendre que nous sommes influencé tout autour de nous sur notre façon de penser et c’est à nous de nous informer, de ne pas croire tout ce qui est dit et d’avoir un avis critique. Les dirigeants manipulent et ont une part de responsabilité au niveau de la division, mais soyons plus intelligent !

En savoir plus : De quoi faut- il être libre ? / Spiritualité et religion / Religions dans les écoles.

Marie Vandeleene

Etudiante en communication bac 1 à l’isfsc.

J’aime le théâtre (regarder et jouer) , la danse et la musique. Je prône l’écologie et j’ai différents projets à ce sujet. Créative , j’aime fabriquer de nouvelles choses avec du matériel de récupération.

« Dans 150 ans on s’en souviendra pas. » Alors osons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *