Mourir avant l’heure

Il est difficile de parler de la mort quand celle-ci est taboue dans certaines régions du monde. Logiquement, et si tout se passe bien, la mort ne viendra pas taper à notre porte avant l’âge de 80 ans voir plus car nous constatons une augmentation de l’espérance de vie en Europe (1). Pourtant à l’aide de l’euthanasie, certains décident de quitter ce monde bien avant l’heure. Ce débat fait couler beaucoup d’encre et notamment au sein des 3 religions monothéistes.

Le 28 octobre 2019, des hauts représentants des 3 religions monothéistes se sont rendus au Vatican afin de statuer contre l’euthanasie considérée comme damnable. Pour ce faire, ils ont signé et remis au pape François un document dans lequel ils expliquent fermement le fait que l’euthanasie et le suicide assisté sont intrinsèquement et moralement répréhensibles.

la seringue représente le produit qui sera injecté dans le corps du patient pour procéder à l’euthanasie. Licence Creative Commons Attribution 4.0 International

L’euthanasie désigne un acte médical consistant à provoquer volontairement la mort d’un patient afin de soulager ses souffrances physiques ou psychologiques considérées comme insoutenables et incurables, selon la bénévole de l’association du droit de mourir dans la dignité ( ADMD ) Liliane Thys. « Les personnes qui peuvent l’obtenir sont des majeures ou des mineures qui remplissent des conditions bien particulières. En effet, ils peuvent en bénéficier en faisant une demande anticipée d’euthanasie en étant dans un état de lucidité », ajoute l’experte.

Qu’en pensent les religions monothéistes ?

Le christianisme, le judaïsme et l’islam partagent le même point de vue sur la question de l’euthanasie. Le suicide assisté sous toutes ses formes passives ou actives et l’euthanasie sont absolument interdits. Il est dit dans les 3 livres saints de manière assez similaire que seul Dieu donne la vie et lui seul a le droit de la retirer. Dans l’islam, l’euthanasie est formellement interdite car elle représente un meurtre commis par le médecin, même si celle-ci est demandée par le patient. Le médecin ne peut pas être plus miséricordieux envers le patient que Dieu qui lui a donné la vie et qui la lui reprend dans les conditions qu’il veut.Le malade doit alors attendre sa mort naturelle. Au sein du christianisme, l’euthanasie s’oppose au 6ème commandement, tu ne tueras point. Le judaïsme explique qu’il est défendu de faire quelque chose qui puisse accélérer la fin de vie d’un agonissant(2).

 Il est donc défendu d’écourter la vie d’un patient agonisant et cela peu importe les motifs ou les raisons qui peuvent bien pousser cet acte. Pratiquer l’euthanasie fait en sorte que le médecin devienne le tueur du patient. Étant donné que l’homicide est considérée comme un pêché très grave qui a pour rétribution l’enfer, il en va de soi, d’un point de vue religieux que celle-ci ne soit pas pratiquée.

Les soins palliatifs comme solution ? 

Selon madame Thys , : « Les soins palliatifs sont des annexes d’hôpitaux qui créent une espèce de cocon confortable qui consiste à prendre soin des patients en continuant leur traitement jusqu’à ce qu’ils rendent leurs derniers souffles ».

Ces soins sont proposés comme une solution par les religions monothéistes et sont alors mis en avant aux dépens de l’euthanasie. Le but est d’octroyer avec les services des organismes religieux une aide spirituelle et morale. L’objectif est également de prendre soin des patients en continuant leur traitement afin de soulager leur douleur et celle de leurs proches. Cet accompagnement proposé par ces institutions religieuses fait en sorte que les patients quittent ce monde de manière dite naturelle.

Question de moral ou de religion ?

Malgré que des solutions soit proposées et mises en œuvre par les hôpitaux et les organismes religieux, ne doit-on pas laisser un libre-arbitre aux patients afin que ceux-ci décident de la manière dont ils veulent quitter ce monde ? L’être humain ne décide pas de sa venue sur terre mais peut-il décider de sa fin ?  Si une personne agonisante souffre terriblement et que les soins palliatifs n’atténuent pas sa douleur insurmontable, doit on la laisser souffrir pour partir de manière naturelle ou lui accorder l’euthanasie ? Tant de questions qui font débat, mais au final, les réponses résultent du choix personnel de chacun comme l’explique la bénévole.

La religion un frein pour l’euthanasie ? Vraiment ?

Le 27 novembre 2019, Roger Sougnez, un prêtre belge de 92 ans, a décidé de se faire euthanasier (3). La raison est qu’il était atteint de plusieurs cancers et que les soins palliatifs ne lui ont pas permis d’aller mieux. Nous faisons face à un cas étonnant et très intéressant car Roger Sougnez à consacré durant sa vie, corps et âme à l’Eglise et la religion catholique. Malgré le fait qu’il connaisse l’avis des textes biblique quant à la question de l’euthanasie, cela ne la pas empêché d’avoir eu recours à cette pratique. Le comportement de ce prêtre n’est-il pas à adopter ? Est-ce un exemple d’ouverture d’esprit et ou alors de tolérance ? Le fait d’être prêtre ne l’a pas freiné dans sa démarche. Malgré son implication dans la religion, cela ne l’a pas empêché de faire un choix personnel et d’opter pour l’euthanasie. Liliane Thys rajoute également que : « En région flamande, bien qu’il y ait plus d’églises, le taux de demande d’euthanasie est plus élevé que dans le reste de la Belgique ». Ce qui en conclue selon elle , que la religion n’est pas un frein à l’euthanasie.

Peu importe les convictions religieuses, libre à chacun de décider si oui ou non il veut avoir recourir à l’euthanasie. Certes, des règles spécifiques sont dictées dans les textes sacrés mais cela n’empêche pas d’aller à l’encontre de ce qui est dit si cela peut contribuer au fait de partir dans la dignité.

(1) https://www.touteleurope.eu/actualite/l-esperance-de-vie-en-europe.html

(2) http://euthanasie-tpe.over-blog.com/pages/Leuthanasie_et_la_Religion-351142.html

(3) https://www.rtl.be/info/belgique/societe/roger-sougnez-un-ancien-pretre-s-est-fait-euthanasier-a-l-age-de-92-ans-nous-l-avons-rencontre-la-veille-de-sa-mort-1178028.aspx

Comment mourir dans la dignité, 4 questions pour comprendre l’euthanasie en Belgique

L’euthanasie, plus un tabou

Les 3 religions monothéistes unies pour condamner euthanasie et suicide assistée

Moaad Laiti-Elmortaji, 22 ans, étudiant en communication à l’ ISFSC.

une citation qui me correspond : « Avec du temps et de la patience, on vient à bout de tout »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *