COVID 19 , les nouvelles mesures technologiques de surveillance . Quel est leur impacte sur nos liberté indivuelles et publiques ?

Différentes mesures de surveillance ont vu le jour dans le monde entier durant cette période de pandémie dont nous faisons face depuis plusieurs mois. En Belgique avec l’avènement d’une application de traçage qui a fait un flop certes mais est active, dans le reste du monde d’autre applications de traçage et de collecte de données sont utilisés . La question la liberté individuelle et surtout de la protection de nos données se pose .

Cette année ou plutôt ce milieu d’année a été chamboulé par un événement inattendu
qui a mis en pause pendant une période la planète entière. Inutile de rappeler
l’impact qu’a eu virus Covid 19 dans le monde et individuellement. Le confinement a été la mesure la plus directe pour lutter contre la propagation de ce virus mais un autre moyen a tout doucement mais surement pris sa place dans cette lutte. La technologie ,  ce moyen crée parle l’homme qui ne cesse d’évoluer avec le temps a souvent été notre fidèle allié. Mais beaucoup doutent de son utilité durant cette période parce que bien qu’elle puisse être utile elle pourrait tout aussi être défavorable aux liberté des citoyens.

Quels sont les modes de surveillances envisagés ?

Plusieurs états dans le monde utilisent des moyens technologiques numériques
pour géolocaliser la population. C’est le cas en Equateur ou le gouvernement
aurait autorisé le suivi GPS a des fins de surveillance pendant le confinement.
 En Israël , les autorités ont autorisés les services de sécurité à utiliser les données tirées des téléphones portables des personnes infectées et cela a déjà soulevé des inquiétudes liées au respect de la vie privée. L’Europe ne sort pas indemne de ces pratiques , en effets plusieurs pays dont la Belgique auraient recours à la collecte de données de localisation anonymisées ou agrégées fournie par des compagnies de télécommunication .

En terme de technologie de surveillance il n’y a pas que le traçage mobile mais également les Intelligence artificielles mégadonnées .

Plusieurs états se tournent vers ceux-ci  pour lutter contre le COVID-19. La Chine par exemple utiliserait une combinaison des scanners thermiques intelligents intelligents et de reconnaissance faciales dans les lieux publiques afin de suivre la propagation du virus .

En Pologne, le gouvernement a lancé une application visant à faire respecter les mesures de confinement à domicile. Selon des informations reçus par Amnesty internationale, elle enverrait des demandes de selfies qui seraient ensuite vérifiés par
reconnaissance faciale et par exploitation des données de localisation afin de
s’assurer que la personne en question n’enfreint pas le confinement .

Le danger avec cet outil est que l’Intelligence Artificielle pourrait augmenter le risque de discrimination et ainsi porter préjudice et discriminer des populations déjà marginalisées.

Apple et Google : Nos libertés au prix de notre santé ?

Application norvégienne de traçage - © HEIKO JUNGE - AFP
Application norvégienne de traçage – © HEIKO JUNGE – AFP

Les géants Apple et Google , ont collaboré en avril dernier à la création d’une application de tracking dans la lutte contre le Covid 19 . Prévue d’être utilisée à partir du mois de juin , cette nouvelle mesure n’est pas vue d’un bon œil par les défenseurs des libertés civiles .

La proposition des monuments de l’industrie informatique consiste en une application d’alerte, qui grâce à notre smartphone, nous préviendrait si nous rentrons en contact avec une personne malade . Le principe de tracer, de contacter les personnes qui ont été en contact avec une personne positive est l’un des éléments nécessaires dans le cadre de ce dé confinement.

Pourquoi nos libertés se sentent elles menacer ?

Différentes mesures de surveillance sont déjà d’application dans plusieurs pays depuis le début de la pandémie . Exploitation de données de contacts , ou encore géolocalisation , de manière anonyme ou agrégée. En Corée du sud ces nouvelles mesures ont suscité des questionnements concernant le secret médical. Des patients recevaient des SMS du gouvernement leur donnant des conseils sanitaire accompagnés d’informations personnelles .

On peut alors voir que ces données collectées dans un but bien défini , celui de diminuer la propagation du virus peut aussi être utilisé à d’autre fin et c’est la qu’est le danger .

Si elles ne sont ni suivies, ni remises en question, ces mesures de surveillances risquent de changer l’avenir du droit à la vie privée et d’autres droits humains.

En conclusion bien que la technologie soit un outil pour notre bien être , utilisé à des fins de surveillance comme nous avons pu le voir plus haut nuit à nos libertés fondamentales ? Pour cela les gouvernements devraient en tenir compte et agir en conséquence en régulant ces outils et applications et ne plus utiliser celles qui vont à l’encontre de nos libertés individuelles et publics .

Je m’appelles Eunice Batha Batha , 24ans passionnée de musique et de photo . Etudiante en Communication à l’Institut Supérieur de Formation Sociale et Communication à Bruxelles. J’attends de ces études de pouvoir acquérir les qualités nécessaires pour faire de mes passions mon métier .



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *