Un intrus dans le paysage médiatique belge !

Apparition d’un nouveau média issu du Vlaams Belang.

Le Vlaams Belang a créé l’évènement en lançant, le 10 novembre, sa propre chaîne d’informations, VBTV.

Tom Van Grieken, président du Vlaams Belang, qualifie volontiers la nouvelle web télé du parti diffusée sur YouTube de média «alternatif». 16 novembre 2019. Belzie ( CC BY-SA 4.0 )

Retour à la propagande !

Le Vlaams Belang a créé cette chaîne pour lutter contre ce qu’il estime être de la désinformation des médias traditionnels à son égard.

Avec VBTV, le Vlaams Belang produit un outil destiné à amener vers lui de nouveaux électeurs ou à conforter ceux qui ont voté pour lui. Comment s’y prend-il ? Sa stratégie est subtile. 
Sur le fond, il décrédibilise systématiquement les médias traditionnels tandis que sur la forme, il se présente comme l’un des leurs en respectant les codes journalistiques actuels. 

Il n’hésite pas à violer les règles en vigueur dans la presse d’investigation. Par exemple, il falsifie les sources. Ainsi, le Vlaams Belang a subi des critiques pour un reportage mensonger présentant des images filmées soi-disant en 2020 à la frontière turco-grecque alors qu’il s’agissait d’un document d’archive de l’agence AFP tourné en 2015 à la frontière gréco-macédonienne.

L’information donnée n’est pas objective, les interviews sont émaillées de remarques racistes insidieuses. 

Ironie du sort, si le Vlaams Belang a pu lancer son propre média, c’est grâce à la dotation publique. Alors qu’il critique l’état en permanence…

Faut-il dès lors relayer et critiquer dans la presse le contenu de la VBTV ou faire l’impasse et l’ ignorer ? Mais on prive alors le citoyen d’un contrôle démocratique. Dilemme pour les médias traditionnels, relève M.Buisson, journaliste au Soir.