Manifestations et coronavirus : une combinaison difficile ?

En cette période de crise sanitaire, le respect de la liberté de manifester semblerait être plus difficile. Voulant lutter contre le Covid-19, certains gouvernements abuseraient de leurs pouvoirs en prenant des restrictions trop strictes, allant parfois à l’encontre du respect des Droits Humains fondamentaux.

« Les droits humains bafoués au nom de la lutte contre le Covid-19 » a déclaré l’Agence Belga suite à un communiqué d’Amnesty International.

Le respect des droits de l’Homme serait mis à rude épreuve depuis la lutte contre la crise sanitaire actuelle. Et la liberté de manifester n’échappe pas à la règle.

Manifester est toujours possible mais les restrictions sont plus nombreuses et extrêmement strictes. Et si l’on en croit une synthèse d’Amnesty international, certains gouvernements prendraient des mesures exagérées et exerceraient un abus de pouvoir.

« La santé en lutte »

La manifestation « La santé en lutte » est notamment une manifestation qui a énormément fait parler d’elle.

Un des soucis rencontrés est le nombre de participants autorisés. En effet, celui-ci est très limité, ne permettant donc pas à tout le monde de participer. Certains rassemblements ont d’ailleurs dû être annulés.

Un autre souci, à Bruxelles, est que ce rassemblement avait été autorisé mais trop de gens y ont participé. D’après la porte-parole du Bourgmestre de Bruxelles, la police a donc dû intervenir pour la stopper.

Tristes conséquences…

La manifestation s’est terminée avec des violences policières abusives pour arrêter les gens.