États-Unis : Constitution et liberté d’expression, quel accord ?

Aux États-Unis, le 1er amendement de la Constitution soutient que la liberté d’expression ne peut être limitée par le Congrès. Est-elle pour autant absolue ?

« La liberté d’expression est une liberté supérieure. Sans la liberté d’expression, les autres libertés disparaissent », soutient Maitre Englebert, avocat en la matière.

Le 1er amendement de la Constitution américaine affirme que « Le Congrès n’adoptera aucune loi relative à l’établissement d’une religion, ou à l’interdiction de son libre exercice ; ou pour limiter la liberté d’expression, de la presse ou le droit des citoyens de se réunir pacifiquement ou d’adresser au Gouvernement des pétitions pour obtenir réparations des torts subis. » Image par Wenhan Cheng de Pixabay

D’après l’ONG Reporters sans frontières en 2021, les USA occupent la 44e place au classement mondial de la liberté de la presse. Paradoxe donc, le 1er amendement de la Constitution soulève que la liberté d’expression ne peut être limitée par le Congrès.

La liberté d’expression aux USA est consacrée par la Constitution. Mais elle est redéfinie par la jurisprudence. Autrement appelée Bill of Rights, elle ne suffit pas à édicter la loi. La Cour suprême joue un rôle dans son interprétation.

Un indice de démocratie qui décroît

Dernièrement, l’indice de démocratie aux USA a chuté. Établi par l’Economist Intelligence Unit, l’indice se base sur 60 indicateurs. Eux-mêmes regroupés en 5 catégories. Dont l’une d’elles, regroupe les libertés civiles.  La liberté d’expression en fait partie. Elle entre donc en compte dans le calcul de l’indice de démocratie. Alors qu’en 2006, cet indice s’élevait à 8,22. En 2020, celui-ci a chuté à 7,92. Conclusion ? Les États-Unis sont passés d’une démocratie pleine à une démocratie imparfaite.

« Les libertés sont toujours relatives car elles se confrontent toujours à des droits opposés, explique l’avocat. Il n’existe pas de liberté absolue. »