Hello Internet, tu fais quoi de mes données ?

Nous sommes en permanence connectés, nos données aussi…comment notre téléphone nous connaît-il si bien ?

Aujourd’hui le monde du numérique est partout, entre Tik Tok Instagram, Facebook …Il y a l’embarras du choix. Il est présent en permanence dans nos tâches quotidiennes et sous plusieurs formes comme sur tablette, smartphone, montre connectée et même lave-linge. Mais qui gère nos données ? comment les pubs sur notre téléphone sont-elles ciblées ?

Récemment les demandes « autorisation d’accepter des cookies » sont arrivées sur les pages internet. Le 4 mai 2020, l’Europe a voulu réglementer celles-ci afin d’être plus transparent avec les utilisateurs d’Internet en Europe…

Selon le site Geeko : Le Comité européen de la protection des données (CEPD) a révisé ses lignes directrices à propos du principe de consentement avec l’aide du règlement général sur la protection des données (RGPD). Une fois toutes ces conditions remplies, ils se sont concentrés sur le cas des cookies. 

Les cookies européens

Les cookies jouent un rôle important dans la collecte de nos données privées. Avant cette réglementation, en les acceptant sur le territoire européen, vous donniez votre accord pour que vos données soient utilisées à des fins marketing, de géolocalisation et bien d’autres choses encore. Avec la nouvelle réglementation, le choix de régler précisément ce que les pages font des données de l’utilisateur est libre !

Selon le site de la RGPD belge :

Les responsables de site Internet qui souhaitent installer des cookies sur vos appareils doivent être clairs sur leurs demandes sauf dans deux cas : s’ils sont nécessaires afin de vous fournir un service et/ou l’envoi d’une communication via un réseau de communication électronique.

Les cookies avant la réglementation européenne ?

Au niveau européen, le 25 mai 2018, la RGPD est entrée en vigueur et permet à toute personne, dont les données sont traitées sur n’importe quel site web, d’exercer un certain contrôle sur ce qu’elle dévoile de sa vie privée. Une copie des données qui sont traitées sur les sites peut être obtenue.

Peu de gens consentent et acceptent en toutes consciences que leurs données soient utilisées…En réalité, peu de Belges lisent les petits caractères en gras des pages appelées « conditions d’utilisation ».

La réalité rappelle celle du roman « Big Brother » où toutes nos données sont tracées, trackées, en temps réel, par toutes sortes de compagnies différentes. Cependant, dans le roman, c’est uniquement Big Brother qui s’occupait des données afin de surveiller ses citoyens…

résumé du roman « 1984 »

En recroisant différentes données, un magasin peut savoir le nombre de fois qu’il a été fréquenté, quelles personnes étaient présentes en même temps et cela grâce notamment au système de géolocalisation en développement constant depuis 2007.

Les cookies, un business économique :

Les cookies de traitements d’informations sont en mesure de cibler exactement les envies et de proposer des publicités en fonction de la personne, pour répondre aux besoins de la cause marketing.

Dans le monde d’aujourd’hui, rien n’est gratuit ,Internet non plus. Pour que ces technologies puissent être utilisées sans paiement, les données d’une identité numérique sont enregistrées dès qu’un utilisateur se rend sur une page internet. Ses données sont vendues à des entreprises afin qu’elles en connaissent plus sur ces utilisateurs pour prévoir des campagnes ciblées.

« Les données produites par un individu valent entre 5 et 20 dollars. »

Mark Warner, sénateur démocrate étasunien, dans le magazine de l’ADN

Les technologies, la liberté de ses utilisateurs :

Un des dangers pour l’utilisateur d’Internet est qu’il a une impression de liberté en allant sur les pages qui lui sont proposées or elles sont souvent calculées par des algorithmes de firmes publicitaires.

Il n’existe pas de problème si les citoyens sont mis au courant de ces fonctionnements. Cependant beaucoup d’applications n’acceptent toujours pas ces règles et on ne sait alors pas où vont les données personnelles des utilisateurs.

L’avis de l’expert

Victor Rouard :

L’intervenant choisi pour cet article, avocat en droit des technologies.

« La seule manière qui permettrait de protéger les données de l’utilisateur sans qu’il fasse don de ses données privées serait de prévoir des alternatives payantes à certaines applications et sites web. »

Victor Rouard

Les données à caractère personnel ne seraient plus utilisées . A la place, l’accès au site serait tout simplement payant. Monsieur Rouard doute toutefois que cette idée séduise un grand nombre d’utilisateurs.

Dans certains cas, les citoyens ont le droit de demander une copie ou d’exiger la suppression des données qui sont utilisées. En cas de respect des règles européennes, les autorités des contrôles des états-membres peuvent imposer des sanctions aux responsables des traitements.

La police belge a-t-elle accès aux données de l’utilisateur ?

La police ne peut pas surveiller les comportements en ligne s’il n’existe pas d’indices selon lesquels une infraction aurait été commise, ce qui exclut la possibilité d’une surveillance permanente de nos activités. Ce n’est pas parce qu’un utilisateur poste du contenu illicite en ligne que la police va automatiquement en être avertie et qu’il va être fiché.

Généralement, la police enquête sur des faits qu’elle connait déjà, parce qu’elle en a été informée par le biais d’une plainte. Elle peut toutefois procéder à des enquêtes proactives, c’est-à-dire effectuer une recherche qui ne sera pas réactive, mais qui concernera des faits qui vont se produire ou se sont produits, mais dont la police n’a pas été informée.

Victor Rouard.

C’est aussi l’autorité de la protection des données (APD) qui se charge de gérer ce genre d’affaires devant la cour…

Les affaires de justice concernant internet sont traitées comme toute autre affaire. Tout citoyen belge a droit à une protection de la part de la justice.

Les utilisateurs de la technologie belge :

Bande annonce série sur les « traques interdites »

L’accès aux technologies est un droit. Au-delà des risques que cela peut représenter, les technologies offrent énormément de possibilités aux personnes pour échanger, communiquer, apprendre et s’informer.

Il est donc important de conscientiser les utilisateurs de données numériques sur la façon dont il les gère, et sont traitées dans la vie de tous les jours.

Lise Guillaume

Lise Guillaume ,je suis âgée de 20 ans. Je suis étudiante en première année de communication à L’ISFSC .Le sujet de la liberté m’a toujours interpellé et intéressé.


En savoir plus :

Pour comprendre le RGPD : Reputationup.com

Pour tester sa sécurité et réagir en cas de cyber attaque : Safeonweb.be

Pour se tenir au courant des risques : Cert.be

Pour s’informer avec une interview : Lesoir.be

Pour s’informer avec un podcast : Franceinter.fr »

Webographie de l’article :

Article sur la 5g : geeko.lesoir.be

Article sur les décisions européennes des cookies : 01net.com

Site de la RGPD mentionné : agencergpd.eu

Bande annonce série tracking et lien de la série: donottrack-doc.com

Article sur la valeur de nos données : ladn.eu

Brève sur la maitrise du belge et de ses données : libertes.commu.isfsc.be