La laïcité peut-elle exclure une maman accompagnatrice portant un foulard ?

International Women’s Day
Auteur: Mehdi Sepehri- Licence: Libre pour usage commercial. Pas d’attribution requise

Le 11 octobre 2019, une classe a assisté à une séance plénière du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté. Une maman accompagnatrice et son foulard jugé « provocateur » ont été les cibles de Julien Odoul, président du groupe Rassemblement National. Il l’a pointée du doigt, lui intimant de retirer son foulard au nom de la loi et la laïcité.

Le règlement intérieur de cet hémicycle autorise le port du foulard et interdit l’accès à une personne perturbant une séance. Cette femme respectait la loi mais dérangeait ceux qui avaient choisi de l’être. En accompagnant ce groupe, elle a participé à la sensibilisation d’enfants de la République à la démocratie. Julien Odoul, lui, s’est servi de la laïcité comme outil d’exclusion. Alors, qui devait quitter les lieux ?

La laïcité défigurée au nom de la laïcité

L’interdiction du port du foulard aux mamans accompagnatrices représente une atteinte à leurs droits, à leur dignité. Leur condition humaine est contestée par l’obscurantisme de certains. Là, est le résultat d’une myriade de discours inégalitaires véhiculés dans l’espace politico-médiatique. Cette interdiction mène au contrôle du corps de la femme et constitue le carcan de la liberté de culte. La laïcité permet de participer à la vie sociale en affichant publiquement sa croyance. Aujourd’hui, elle devient une prison dans laquelle sont enfermées celles qui n’ont pas de bouches, pas de voix aux yeux des médias. Ainsi, courrons-nous vers la disparition des signes religieux dans la sphère publique ?

La musique adoucit les mœurs, paraît-il !

L’Arabie Saoudite, monarchie absolue islamique ?

Alors que la Belgique est une monarchie constitutionnelle totalement indépendante, la séoudite lutte toujours sans fin pour octroyer sa souveraineté malgré de nombreuse restrictions… La volonté du régime de libérer les Saoudiennes semble assez claire. Pourquoi les faire taire avec autant de force ?

Les femmes Belges sont plus libres que les femmes saoudiennes. La religion dominante du pays est une raison de cette inégalité.
Auteur: geralt – licence: Pixabay License Libre pour usage commercial. Pas d’attribution requise.

En Arabie Saoudite les femmes n’ont aucun droit. Comparée aux femmes Belges, elles ne peuvent ni voyager, ni travailler, ni étudier ni se marier sans l’autorisation d’un homme de la famille qui lui, fait office de représentant légal envers elle. L’interdiction de prendre les transports en commun est un exemple des nombreuses attributions dans lesquelles les femmes sont privées de leurs droits élémentaires.

L’égalité des sexes en Arabie Saoudite c’est pour bientôt ?

Les lois semblent changer, car depuis peu, les femmes Saoudiennes peuvent conduire et sont autorisées à avoir un passeport sans autorisation de leur « tuteur ». Ces progrès en matière de droits de la femme marquent ils le début d’une évolution pour accorder plus de liberté aux femmes ?

Brandon LOPEZ MEDINA