Liberté et Corée du Nord. Deux termes incompatibles?

Critiquée par de nombreuses organisations de droits de l’homme, la Corée du Nord est considérée comme une des dictatures les plus fermes du monde. Peut-on parler de liberté dans ce pays ? 

Abus sexuels sans suite, interdiction de quitter le pays sous peine de torture, interdiction de s’exprimer librement… Voici le quotidien compliqué auquel doit faire face la population Nord-Coréenne. Selon le site internet de Human Rights Watch, association qui défend les droits de l’homme dans le monde, il n’y a aucune justice pour les atteintes aux droits de l’homme en Corée du Nord. Le gouvernement de Kim Jong-un au pouvoir depuis 2011, violerait en permanence les droits de sa population. 

Un peuple dévot et contrôlé

Le grand monument Mansudae et ses statues de Kim II-sung et Kim Jong-il.
Image par Alex_Berlin de Pixabay

Vivre en Corée du Nord rime avec une obligation d’émettre un amour et un respect inconditionnels pour le leader. En effet, toute la vie des Nord-Coréens est basée sur le fait de rendre hommage à Kim Jong-un et ses prédécesseurs. Un journaliste qui vient dans le pays est obligé d’acheter des fleurs et de rendre hommage à la famille du leader. Tout son séjour sera organisé de sorte à ne montrer que certains éléments du pays et il sera contrôlé en permanence sur ses faits et gestes. Une femme nommée Yeonmi Park qui a réussi à fuir explique dans un témoignage que l’amour romantique n’existe pas dans ce pays. Seule la dévotion envers le leader existe. 

On comprend que les Nord-Coréens sont contrôlés de toutes parts par leur gouvernement et qu’aucune liberté n’est possible.